Oradour : des incorporés de force ou des volontaires ?

Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur print

Nul ne l’ignore, le 4 octobre 2010, l’ADEIF (Association des Déserteurs, Evadés et Incorporés de Force) a perdu son procès contre Robert Hébras, un rescapé de l’effroyable tragédie du 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane. était mise en cause sa brochure Oradour, le drame heure par heure (et sa nouvelle version modifiée) dans laquelle il insinuait que les 13 Alsaciens inculpés au procès de Bordeaux en 1953 n’étaient pas des Malgré-Nous, mais des volontaires : « Je porterais à croire que ces enrôlés de force fussent tout simplement des volontaires ». L’ADEIF a décidé de faire appel.

Voir l’article complet (PDF)​

Télécharger l’article de Nicolas Mengus, paru dans l’Ami Hebdo.